Xaali Madiakhaté Kala


Grand érudit, de son vrai nom Moussa, il fut nommé dans les fonctions de Cadi, c'est-à-dire de juge des affaires musulmanes par le roi du Cayor Lat Dior Diop. La prononciation wolof a donné Xaali et l'on a ajouté le nom de son village Kala, d'où Khali Madiakhaté Kala. En relation avec tous les grands de son époque, aussi bien les marabouts que les souverains, cet érudit a été revendiqué à la fois par les lettrés et les hommes du peuple. Ce qui est rare. Ses contemporains ont retenu l'image du Cadi dont les jugements s'enracinaient dans l'esprit du terroir. Il a tenté de réconcilier le côté positif de la coutume et l'essence du droit musulman. Mais Xaali est passé à la postérité grâce à la poésie. Maître de la versification en arabe avec toutes ses règles, ses nuances, ses difficultés, il a formé d'éminents poètes à son école. Composant aussi bien en wolof qu'en arabe, Xaali a défié les meilleurs poètes de son temps dans des sortes de joutes qui étaient à l'honneur à l'époque.


  • Ses Oeuvres Category
  • Mubayyin Al Ishkal Umma