Cheikh Abdoulaye Dieye


Serigne Abdoulaye Dièye est né le 9 janvier 1938 dans le quartier de Guet-Ndar à Saint-Louis du Sénégal. Il n'avait pas six ans quand il commença ses études coraniques avec sa grand-mère Aminata Diagne. De nombreuses femmes de cette famille ont été et sont encore des éducatrices très appréciées. A treize ans, Cheikh Laye comme l'appellent ses proches, était disciple de son père. Très doué et très studieux, il sut mener et réussir simultanément ses études religieuses et celles du Collège Technique d'Industrie de Saint-Louis. Après ses études religieuses il se lança dans la mystique auprès de son père spirituel le grand Cheikh Sidy Ahmed ibn Ismouhou (Radiy-Allaahu Anhu) [également connu comme le Sage de Temerkaye]. C'est ce saint de la tribu de Oulad Deymani, l'un des premiers cheikhs du mouridisme, qui le désigna comme son héritier spirituel et le guide spirituel de ses nombreux adeptes d'origines diverses regroupés au sein d'une école de renommée mondiale : ' Khidmatu-l-Khadim Fî mâ yurdî-r-rahîm , (Les serviteurs du Serviteur dans la voie agréée par le Miséricordieux).<br /> Diplômé du Collège Technique d'Industrie, il fut nommé Chef des ateliers de la MIFERMA à Fort Gouraud (en Mauritanie). En 1961 , il rejoignit son pays en qualité de commis expéditionnaire. Il reprit ses études et obtint le diplôme de l'Institut d'Etudes Administratives Africaines (option économique et financière), puis celui de l'Ecole Nationale d'Economie Appliquée (spécialité aménagement du territoire). En 1972, après une spécialisation en riziculture à Madagascar (dans le lac Aloatra), il devint inspecteur de l'aménagement du territoire à l'Organisation des Etats Riverains du fleuve Sénégal (OERS). En 1973, il fut nommé adjoint au préfet de Gossas, puis à celui de Thiès. Enfin, il réussit le concours d'entrée à l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.<br /> C'est durant son séjour en France que Cheikh Abdoulaye Dièye fonda l'Association des Etudiants et Stagiaires Mourides en Europe (AESME) devenue le Mouvement Islamique des Mourides d'Europe (MIME). Il fonda alors la revue Ndiggël, dirigea la semaine culturelle du mouridisme à l'UNESCO en 1979 et réussit une brillante conférence à la société d'ethnographie du Collège de France en 1981. La même année, il devint membre de l'association française 'Islam et Occident' avant sa nomination au comité exécutif de la dite association en 1983. 1989, il adhère au Parti Socialiste qu'il quitta quelques mois après. Avril 1996, il fonda son propre parti FSD/BJ (débutait et clôturait chacun de ses meetings par des prières du Coran). Novembre 1996, il devint adjoint au maire de Saint Louis. Mai 1998, il est élu député à l'Assemblée Nationale. Il anima plusieurs ateliers de travail au World Parliament of Religions en Afrique du Sud et à l'Association Internationale du Soufisme aux Etats Unis.<br /> Fidèle à la tradition de ses pères, qui ont toujours fait la distinction entre leur profession et leur fonction d'imam, à côté de ses activités de chercheur, d'aménagiste, d'architecte-paysagiste et de délégué de la Fédération Internationale des Architectes Paysagistes du Sénégal (IFLA), Cheikh Abdoulaye Dièye consacre toute sa vie, toute sa foi, toute son intelligence au service du mouridisme. Il a sillonné toutes les régions du Sénégal, donnant des conférences publiques, des causeries dans les familles, mais surtout s'adressant à la jeunesse scolaire et universitaire du pays, l'invitant à emprinter la voie royale. Ayant compris, pour avoir étudié les oeuvres de Cheikh Ahmadou Bamba, que le rayonnement de ce dernier devait avoir une portée universelle, Cheikh Abdoulaye Dièye franchit les océans pour porter la Mouridiyya à travers le monde. Il fut le guide spirituel d'écoles de Khidmatul Khadim (de la chaîne initiatique qui le rattache au Cheikh Ahmadou Bamba par l'intermédiaire de Cheikh Sidy Ahmed ibn Ismouhou) en Europe (France, Angleterre, Allemagne, Suisse, Belgique, etc.), dans l'Océan Indien (Ile de la Réunion, Ile Maurice, Madagascar, Comores, Iles Rodrigues, Seychelles, etc.), en Amérique (Etats-Unis, Canada), etc. Il est également membre, entre autres, des associations françaises ' L'Arbre Universel' (en tant que vice-président), et 'Les Gens du Livre' (A ce titre, il participa à deux tables rondes organisées lors de la Cité de la Réussite à la Sorbonne sur les thèmes 'Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas' et sur le drame de la Bosnie, avec des personnalités diverses des milieux de la culture, de la politique et de l'humanitaire).<br /> En 2002, Cheikh Abdoulaye Dièye rendit l'âme, suite à un accident, laissant derrière lui de nombreux disciples partout à travers le monde.